La photographie en relief


Elle consiste à reconstituer en "stéréoscopie" ce qu’on voit dans notre environnement quotidien, au contraire de la photographie "normale" qui ne présente que des images à plat.
La stéréoscopie trouve son origine officielle en 1838, lors de la publication du " stereoscope " par Charles Wheatstone. Depuis, de nombreux modèles de stéréoscopes ont vu le jour et ont été utilisés pour observer des photographies prises avec un appareil expérimental à deux objectifs, à partir de 1841.

L’évolution de la photographie en relief suit pendant les 19e et 20e siècles celle des progrès de la technique photographique. Aujourd’hui elle peut aussi être pratiquée avec des appareils modernes, notamment numériques.

Son principe consiste à réaliser deux images de chaque objet. L’observation se fait ensuite en restituant à chaque œil sa propre vision de la scène, par l’un ou l’autre des nombreux moyens disponibles. De nombreux dispositifs ont été mis au point dans ce but : le plus répandu, et le plus spectaculaire, est la projection sur grand écran, qui permet de présenter à un public nombreux les images avec un relief et des couleurs parfaits. Mais on peut aussi observer des images en relief par d’autres moyens : nombreux modèles de stéréoscopes pour diapositives ou images sur papier, ou pour images présentées sur l’écran de l’ordinateur. A chaque support d’images, ses moyens d’observation.

Désormais, le relief s’étend aux nouvelles techniques de l’image : photo et vidéo numériques, images de synthèse. De nombreux films en relief sont réalisés chaque année.

Le Stéréo-Club Français s’est mis à l’image numérique et peut aider ses membres à s’y mettre aussi.

L’image en relief est un loisir artistique pour des amateurs, mais est aussi pour certains professionnels (CAO, cartographie, architecture, biologie et imagerie médicale, chimie, mécanique...) un outil de travail performant.